Marathon à Nagano

Après avoir parcouru un peu le Japon (Hiroshima, Osaka, Tokyo et Kyoto), il est maintenant l’heure de faire un peu de sport ! Participer à un marathon pendant un tour du monde est une expérience que je souhaitais vraiment vivre.

L’un des seuls qui pouvait coller avec notre itinéraire était celui de Nagano au Japon ! Courir sur les traces des JO d’hiver de 1998 et les mythiques commentaires de Pierre Fula : « Ici à Nagano« . Préparer un marathon pendant un tour du monde n’est pas chose facile. On bouge tous les deux ou 3 jours et on marche souvent toute la journée. Au cumulé depuis début janvier, je dois être à environ 20h d’entraînement, ce qui est ridicule pour une épreuve pareil !

Préparatifs

On arrive le samedi matin, avec le Shinkansen à la gare de Nagano, où il y a déjà pas mal d’animations ! On peut voir, en se baladant, que toute la ville est concernée par l’événement.

On a d’abord fait une petite halte au temple de Zenkoji. Très beau et surtout très grand ! Un peu de monde mais surtout encore des cerisiers en fleurs, car à Tokyo tout, ou presque, a disparus.

Ensuite direction le Big Hat, un des stade des JO, pour récupérer le dossard et prendre des informations sur le parcours et les navettes pour que Ria puisse me suivre. Tout est très bien indiqué et les bénévoles sont au petit soin. Ria a sa feuille de route, car cela ne va pas être facile. Elle va devoir prendre une navette qui l’emmènera au KM16 et puis une autre pour aller à l’arrivée.

Pour être le plus aérodynamique possible, un petit ajustement capillaire chez le coiffeur est nécessaire ! L’expérience vaut vraiment le coup ! Ils coupent d’abord les cheveux, puis ils les lavent et enfin ils finalisent la coupe. Tout l’inverse de nous ! Ce n’est pas plus mal, car au moins on n’a pas plein de petits cheveux qui restent sur la tête.

Pour éviter la fatigue inutile, on passera le reste de l’après-midi à notre hôtel, qui est une sorte de ryokan à 30min en train du départ.

C’était notre première nuit dans un ryokan et c’est top ! Ce n’était pas un vrai ryokan car ce n’était pas un temple mais tout était pareil. Une grande chambre avec deux futons et des portes coulissantes. On a pu mettre nos habits de lumière 🙂

Et le gérant, Tyler, un américain de Seattle qui vit ici depuis 13 ans, était trop sympa. En plus, j’ai pu essayé un Onsen. Une expérience vraiment intéressante !! Un bassin méga chaud à l’intérieur et un autre plus tempéré à l’extérieur. Une fois sorti, j’étais trop détendu, de bonne augure pour demain… 

Le soir, on mangera dans un restaurant proche de l’hôtel, où absolument rien n’était écrit en anglais ! Vraiment pas facile de commander un plat dans ces conditions. Et avec la serveuse qui ne parle vraiment pas un mot d’anglais, la partie n’était pas gagnée d’avance…

Le marathon

Réveil matinale, mais pas plus que d’habitude. La nuit en ryokan a été, comme prévu, très reposante. On a trop trop bien dormi !! Un petit déjeuner royal : box de pâtes du 7-Eleven et bananes… Si je ne fini pas avec ce petit-déjeuner de champion, je ne comprends pas 🙂 🙂

On rejoint le départ par le train. Inutile de demander le chemin, il suffit de suivre le troupeau de coureurs. Environ 10 000 participants. 8h30, le départ est donné. C’est partiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!

Il y a un monde incroyable sur le bord de la route. Et également pleins de groupes de musique, d’orchestres,… C’est vraiment très sympa !!

Pendant les 5 premiers kilomètres, tout le monde se marche un peu dessus, et après ça va un peu mieux. Je suis parti très prudemment, entre 5min30 et 6min/km. Par contre aucun ravitaillement solide (banane…) jusqu’au 17ème, vraiment étonnant. Cela ne me rassure pas trop car j’étais parti avec uniquement deux petits gâteaux et une banane… GLOUPS !

Je retrouve Ria au 16ème et 17ème kilomètre, où je lui indique que pour l’instant tout va bien. Je ne la reverrai maintenant qu’après la ligne d’arrivée.

La seconde partie de la course est un peu moins sympa, car il y a pas mal de grandes lignes droites de 2 ou 3 km, et moins de monde sur le bord de la route. De temps en temps on a le droit à quelques éclaircies qui nous réchauffent un peu.

On est maintenant vraiment à la campagne et le trajet est un peu long… Mais bon les quelques cerisiers en fleurs sur le bord de la route font passer le temps plus vite.

A partir du kilomètre 35, je me sens toujours bien donc j’accélère entre 4min50 et 5min au km. L’arrivée dans le stade, avec beaucoup de monde en tribune, est TOP ! Au final je termine avec un temps inespéré et bien meilleur que ce que je pensais : 3h49min !

La suite sera un peu moins glorieuse, avec des nausées et vomissements… Bah oui un marathon ça laisse des traces ! Surtout quand on s’alimente pas dans les derniers kilomètres…. Grrrr erreur de débutant !!

Le soir, retour à Tokyo et place au repos. Pour le dîner, on a retrouvé Jean-Marc et Adeline (et les enfants) qui viennent d’arriver au Japon pour les vacances. Ils nous ont ramené des surprises de nos proches (cartes, chocolat,…). Revoir des visages familiers ça fait du bien 🙂

Le lendemain, d’autres amis débarquent en provenance de France ! Jérôme, Emilie et les deux enfants (Lucas et Maël). On va passer les 15 prochains jours avec eux, ça va être super !!!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :