8 jours aux alentours de Bariloche

Après un énième long trajet en bus, nous voilà enfin arrivés à Bariloche ! On a dû prendre 3 bus différents. L’un de 3h pour aller de Castro à Puerto Montt. Escale de 2h et on prend un autre bus de 1h30 pour Osorno avant de terminer par un dernier de 5h pour passer la frontière et rallier Bariloche. Dernier bus ? En fait, non. Un dernier bus, que l’on a attendu 30 min dans le froid, pour arriver devant l’hôtel, Appartamento Bariloche Center. ENFIN !!

Jour 1 – Découverte de la ville

Une bonne nuit, malgré la chaleur dans l’immeuble, et nous voilà partis à la découverte de la ville de Bariloche !

Enfin, découverte oui et non car notre mission pour le moment est de louer une voiture. Direction Alius, qui n’est autre que la branche location de Renault. On réserve pour le surlendemain, histoire d’avoir plus de temps pour visiter les alentours. Cependant, on n’est pas très rassuré car la dame nous dit que les cartes de débit ne fonctionnent pas pour la caution…

Du coup, dans le doute, on va chez un autre loueur : Hertz. Aussitôt rentré, aussitôt sorti ! Le prix était le double de l’autre agence ! Non mais ça va pas la tête ! Bon, bah on espère que la caution passera…

Maintenant, place à la visite de la ville, qui est vraiment charmante ! On se croirait un peu en Suisse ou dans les grandes stations de ski. Une grande place, une grande rue piétonne, plein de boutiques à souvenirs (Gloups :-)) et un nombre impressionnant de boutiques de chocolat. C’est vraiment agréable de se balader, en plus il fait beau, ça nous change de Castro ou Ancud

En fin d’après-midi, on ira manger une truite pas extra au restaurant La Esquina. Moue bof bof bof

Jour 2 – Cerro Llao Llao

Une bonne nuit, un petit-déjeuner de champion (yaourt / biscuits), et nous voilà partis au nord-ouest de la ville en direction de Llao-Llao !

Environ 45min dans le bus numéro 20, et on arrive…au milieu de nulle part. On marche environ 1.5km, en longeant le golf, où il y a un super décor, pour arriver devant le sentier.

Le chemin ne présente aucune difficulté et est entièrement dans la forêt. Cependant, cela ne nous embête pas plus que ça, car cette forêt dégage une certaine sérénité qui fait qu’on s’y sent bien. Et puis le fait qu’il n’y ait pas de cailloux ou de racines facilite la marche.

Pour accéder au Cerro Llao Llao par contre, fini la facilité, place au dénivelé ! Ce n’est pas aisé mais on a le droit à quelques points de vue sur les montages qui sont sublimes.

Ce chemin aurait pu être parfait si on n’avait pas été les premiers de la journée à le prendre. En effet, les toiles d’araignées sont parfois nombreuses et s’est hyper désagréable !! Du coup, quand quelqu’un nous rattrape, on le laisse gentiment passer… 🙂 🙂

Le vue au sommet est vraiment très belle. Le lac avec plusieurs couleurs et les montagnes. Parfait ! On y restera bien 20min à profiter du décor et du calme environnant, bercer au doux sons des oiseaux.

L’autre point de vue, le mirador Lago Moreno, qui lui est au bord du lac, n’est pas aussi beau mais est tout autant reposant. Cela ne restera pas une randonnée mémorable, 4h de marche, mais le point de vue du Cerro Llao Llao vaut vraiment le coup.

Après avoir eu de justesse le bus de retour, on a fait une halte au Cerro Campanario. Pour y monter, on avait le choix : soit télésiège soit à pied. Après 4h à marcher, plus une légère douleur à la cheville pour moi, on était plutôt partant pour la facilité. Ça fait bizarre de prendre un télésiège sans neige et sans ski :-).

Le point de vue est vraiment super beau ! On peut voir l’ensemble de la chaîne de montagne et les différents lacs autour. Et avec ce ciel bleu, c’est encore plus beau.

Le soir, on ira manger au restaurant Alto el Fuego. Mama Mia, qu’est-ce que c’était bon !!! La viande un vrai régal ! Enfin une bonne viande rouge en Argentine !

Jour 3 – Villa Angostura

Dernière nuit à Bariloche et on se rend au loueur pour avoir enfin le verdict. Oui ou non pourra-t-on payer la caution avec notre carte ? La réponse est… OUIIII c’est bon ! Ouf. En fait, contrairement aux autres loueurs, ici on n’ a pas eu besoin de payer la caution avant.

On se dirige maintenant donc avec notre super bolide en direction du terminal de bus pour réserver un billet pour dans 6 jours pour aller à El Chalten. Finalement, on ne réservera pas immédiatement car la météo ne semble pas très bonne aux dates où on arrive. Autant réfléchir un peu avant et peut-être changer notre itinéraire pour y aller quand le beau temps sera de retour. En plus, la coupure de courant dans le terminal nous a conforté dans notre idée. C’était un signe…

Avant de prendre la route pour Villa Angostura, on fera quelques courses (riz, pâtes,…), où il y a toujours une file d’attente in-ter-mi-na-ble ! C’est donc vers 12h que l’on part enfin !

La route est plutôt sympa et offre plusieurs points de vue sur le lac Nahuel Huapi et sur les montagnes enneigées.

Après un peu plus d’une heure de route, on arrive à Villa Angostura, où on déposera nos affaires dans notre Airbnb. Super classe l’appartement, ça fait plaisir de s’y sentir bien. Dommage que cela ne soit que pour une nuit.

Ensuite, direction le parc national Los Arrayanes, où on souhait faire la randonnée de 12km et ensuite prendre le ferry pour rentrer. Bah perdu ! Il n’y a pas de bateau tout le temps et le dernier est déjà passé. Cela sera donc partie remise car on ne va pas faire 24km aller-retour. On aime bien marcher mais on n’est pas maso non plus.

Tant pis, on en profitera donc pour aller voir la cascade Rio Bonito, près du Cerro Bayo, qui est vraiment très impressionnante, et également faire un tour dans la charmante ville de Villa Angostura.

En se baladant, on apprend qu’il y a une course de vélo le lendemain, trop bien ! La Union de 7 Lagos. J’ai peut être une chance de participer ! Euh, en fait non car il n’y a plus de dossard depuis un bon moment. Zut, vraiment dégoûté, cela aurait été une superbe expérience.

Pour noyer le chagrin de Ria, car elle souhaitait ardemment que je participe, elle dévorera une glace. Ou alors, elle n’était pas du tout triste et elle avait juste envie d’une glace. Je pencherai plutôt pour la première option 🙂

On a terminé la soirée dans notre luxueux appartement où on en a profité pour appeler nos amis en France. Cela nous a fait beaucoup de bien de tous les voir et les entendre.

Jour 4 – San Martin de Los Andes

Une bonne nuit de sommeil dans notre super loft, que l’on regrette de quitter, et on prend la direction du parc national Los Arrayanes. On commence un peu tard, en partie à cause de cette satanée course de vélo, car pas mal de routes sont fermées.

On achète notre billet de bateau du retour, 950 pesos (14 euros) chacun tout de même, et on comme enfin la randonnée. On a 3h30 pour faire les 12km car le ferry est à 13h.

Cela débute par une longue montée dans la forêt. On a la chance d’être accompagné par deux chiens super gentils ! Le plus grand voulait jouer avec Ria mais quand il se mettait sur ses deux pattes il était plus grand qu’elle. Du coup, elle avait un peu peur… 🙂 Ils étaient en tout cas trop mignons !!!

Nos deux compagnons nous ont suivi jusqu’au mirador Bahia Mansa. La vue était vraiment magnifique ! Un mixte de Philippines, avec l’eau turquoise, et de Norvège avec les petites montagnes enneigées au bord de l’eau en arrière plan.

On a ensuite continué notre chemin, malheureusement sans nos deux petits toutous, dans la forêt. De la forêt, de la forêt et encore de la forêt. Pas un seul point de vue ou mirador à se mettre sous la dent jusqu’à la fin. Vu qu’il n’y avait rien à voir, cela a été l’occasion de réfléchir un peu à notre avenir.

On aura finalement été rapide car on bouclera le parcours en 2h45, et on patientera le reste du temps sur le ponton en attendant le bateau. Finalement, avec le recul, on se dit qu’uniquement aller au mirador Bahia Mansa est suffisant. Déjà cela évite de perdre 3h et en plus on économise le prix du bateau. Si on avait su…

Une fois de nouveau les pieds sur terre, on prendra la direction de San Martin de Los Andes, environ 80km au nord, en empruntant la fameuse Ruta 40. Connue dans toute l’Argentine, elle traverse tout le pays, de la frontière bolivienne, province de Jujuy, à Virgenes, à l’extrême sud de la Patagonie. Un total de 5194 km !

Cette portion de route, entre Villa Angostura et San Martin de Los Andes, est également connue la régions des 7 lacs. On s’arrêtera à plusieurs reprises pour admirer les différents paysages. On passera devant les lacs Correntoso, Esperjo, Escondido, Villarino, Falkner, Machonico et enfin Lacar, qui sont tous d’origine glaciaire.

Une fois arrivé, on fera un petit tour dans la ville, qui est très charmante. Il y a beaucoup beaucoup de boutiques de sports c’est dingue ! Du ski, de la course à pied, du vélo. Le paradis des sportifs 🙂 On allait pas repartir d’ici sans un souvenir de vélo tout de même… 🙂

Pour dormir, on avait de nouveau choisi un luxueux loft, un peu à l’extérieur de la ville, Las Cumbres. Décidément, on s’habitue vite au luxe… 🙂

Jour 5 – Trajet jusqu’à El Bolson

Une bonne nuit reposante et on prend la route… Sous un ciel nuageux. On ne peut pas toujours avoir de la chance.

Que de la route, 260km, pour rejoindre Bariloche. Sans ciel bleu, le paysage est moins beau… Snif.

On ne va pas rester ici mais juste aller au terminal de bus pour acheter notre billet pour El Calafate. En effet, après une analyse pointilleuse de la météo des prochains jours, on se rendra à El Calafate pour 2 jours, puis ensuite on remontera à El Chalten pour 4 ou 5 jours. Cela fait du trajet en plus, mais si cela nous permet d’avoir un peu de ciel bleu pendant les randonnées… C’est notre choix de prendre le bus plutôt que l’avion, car même si un avion irait plus vite, c’est un peu plus cher, moins écologique et en plus j’aime pas l’avion (c’est paradoxal pour quelqu’un qui fait un tour du monde).

Une fois notre billet en poche, et s’être allégé de 15360 pesos (environ 260 euros), gloups, on reprend la route en direction de El Bolson, 125km au sud. La route est plutôt belle, avec pas mal de points de vue. Super agréable de conduire ici. En chemin, on fera une petite halte au parc national Nahuel Huapi, où il y avait une belle cascade, avec plein de monde, et un beau point de vue.

Environ, 2h plus tard on arrive à El Bolson et à notre hôtel. Enfin, devrais-je dire notre somptueux appartement ! Décidément on les enchaîne… 🙂 Le seul hic, c’est qu’il a fallu prendre une route en terre, pas en super état, sur 2km, car les logements sont un peu perchés dans la montagne. Mais bon, on va pas faire les difficiles… 🙂

Jour 6 – Cerro Piltriquitron

Une excellente nuit, même si on a eu un peu froid, et nous voilà partis ! On se rend au centre d’information de la ville pour s’enregistrer pour les deux randonnées que l’on souhaite faire. La première Cajon del Azul, 20km aller-retour, et le Cerro Piltriquitron (un nom à coucher dehors, on est d’accord).

Vu l’heure plutôt tardive, on fera le Cerro aujourd’hui et Cajon del Azul demain en partant plutôt. Avant d’attaquer le Cerro, on se rendra, sur les conseils de l’office, au Lago Puelo, à environ 20km.

Un lac plutôt sympa mais ce qui vaut vraiment le coup c’est le mirador « De la Playita« . Environ 1.5km depuis le parking, la montée est assez facile, si on met de côté les quelques toiles d’araignées. Du coup, Ria s’est transformée en Harry Potter avec sa baguette magique. 🙂

La vue depuis le mirador est vraiment bien, et on en profitera une bonne quinzaine de minutes. Une fois redescendu, on profitera du lac un peu plus longtemps histoire de manger notre excellent sandwich pain / saucisson, avec une superbe vue.

En reprenant la route, on fera un court arrêt dans la ville de Lago Puelo, qui était charmante (bien qu’il n’y ai rient à faire) avec ses nombreuses sculptures en bois.

Maintenant, place au gros morceau de la journée : Cerro Piltriquitron. Avant même de commencer la randonnée, c’est déjà un exploit d’arriver au parking. Mon dieu, la route est tellement pourrie. Des troues, des gros cailloux, des pentes raides sur 8km… Avec notre « bolide », c’est tout de même pas tip top. Mais bizarrement, une fois arrivé au parking, on s’aperçoit que l’on n’est pas les seuls fous à s’aventurer ici avec une voiture de ville.

Après le périple en voiture, place au périple à pied, et attention ça va piquer ! 5km de montée continue et 1000m de dénivelé positif. Facile… Et c’est à ce moment que Ria regrette d’avoir arrêter de courir… 🙂 L’ascension fut difficile mais jolie car on n’était pas tout le temps dans la forêt et on pouvait profiter des différents points de vue sur les montagnes enneigées.

En montant dans la forêt, on passera devant une sorte de parc ou musée à ciel ouvert où il y avait de nombreuses sculptures en bois. Super bien réalisées !

Après 1h de montée, on atteint le premier pallier, où l’on doit traverser quelques portions de neige, et profiter d’une vue sur les montagnes qui sont si belles. Ça rafraîchit !!! On ne le savait pas encore mais c’est à partir de ce moment que l’ascension a vraiment commencé à être difficile… GLOUPS !!! En plus de la neige, il y avait pas mal de cailloux qui rendaient la montée glissante. Heureusement que le sentier était bien balisé sinon on se serait déjà perdu ! C’était vraiment pentu et Ria soufflait comme un bœuf qui avait fait un marathon. Et puis elle parlait de temps en temps entre deux essoufflements : « j’en peux plus« , « j’ai mal partout« , « on arrive quand« . Assez drôle 🙂 Elle profitait de quelques pauses pour s’étirer un peu… 🙂

Les passages de neige à flan de montage n’ont pas aidé à la rassurer. Les derniers hectomètres étaient longsss, et de plus en plus difficiles, mais pas après pas, on se rapprochait de notre but. Après 2h30 d’ascension continue, on arriva enfin au sommet !!! 2284m d’altitude ! YOUPIIIIIII !! La vue nous fait rapidement oublier tous nos efforts. C’était GRANDIOSE !!!

Une vue à 360° comme on n’en a pas vu depuis le Pico Austria en Bolivie. On a un peu l’impression d’être sur le toit du monde. Et avec un ciel dégagé comme aujourd’hui, on a une excellente visibilité.

Bon, c’est pas tout mais maintenant il faut redescendre. Il est 17h et on ne va pas dormir là. Avec le terrain glissant de cailloux et de terre, et également de neige, ce fût loin d’être une partie de plaisir pour Ria. Elle faisait un peu comme au ski : du chasse-neige ou glissades contrôlées :-).  Moi de mon côté, je courais dans la neige voir même surfait dessus ! Pour au final, l’attendre en bas. 🙂 Mais c’était top. Enfin sauf pour nos chaussures qui devaient beaucoup plus souffrir 🙂

Le retour sera beaucoup plus rapide que l’aller, environ 1h45, avant de reprendre notre merveille de route en terre sur 8km.

Le soir, bizarrement, on a bien dormi… 🙂

Jour 7 – Cajon del Azul

La nuit aurait pu être meilleure si on n’avait pas dû faire sortir, aux aurores, une énorme guêpe du logement, et qui faisait « BZZZZZ, BZZZZZ BZZZZZ…. ». Un petit-déjeuner de champion, yaourt/muesli/confiture, et on prend la route en direction de Cajon del Azul !

Pour accéder au chemin de randonnée, il nous faudra tout de même faire 6km de chemin poussiéreux, mais qui étaient bien moins chaotique que la veille. On se gare au camping à l’entrée du sentier et on y va.

Après environ 1.5km, on atteindra le bord de la rivière et on pourra profiter des sublimes fleurs violettes et jaunes. Un paysage vraiment magnifique et reposant. L’ancien pont était quant à lui beaucoup moins accueillant… 🙂

Cela sera malheureusement le seul vrai point de vue de la randonnée avant d’arriver au Cajon del Azul. Plus de 6km dans la forêt sans aucune vue sur la rivière, ou presque. On a le temps de discuter et c’est sûr qu’on n’est pas distrait par le paysage… On n’en dira pas autant des guêpes qui étaient nombreuses et qui nous suivaient par endroit « BZZZZ, BZZZ, BZZZ,… ».

On aura mis 2h30 pour atteindre le point de vue de Cajon del Azul… Alors c’est sûr, l’eau, d’un bleu ou vert turquoise, est sublime.

Et c’est un très bon endroit pour grignoter un excellentissime pain /saucisson. Par contre de notre avis, cela ne mérite vraiment pas cette longue marche dans la forêt. Et la comparaison avec le point de vue de la veille n’est juste pas possible.

Du coup, nous revoilà repartis dans l’autre sens, et toujours dans la forêt. Le chemin n’est en plus pas toujours des plus facile avec les nombreux passages caillouteux. « Promenons-nous dans les bois pendant que le paysage n’y est pas… « . En tout cas, cette absence de paysage à fait tourner la tête de Ria, qui s’est mis à danser 🙂

La fin, beaucoup plus pentue, et sous le soleil, était difficile pour Ria. Sa seule motivation à ce moment là, était une glace. Cependant cela sera à la seule condition qu’elle arrive avant moi à la voiture. Sa soif de parfum vanille / citron lui redonna une énergie, et surtout une malice, insoupçonnée. Elle avait beau être fatiguée, elle avait plus d’un tour dans son sac pour franchir la ligne d’arrivée en première. Vermine

Une fois de retour en ville, après une petite balade, elle a pu déguster sa récompense. Quoi de mieux pour terminer la journée 🙂

Jour 8 – Direction Esquel

Le thème d’aujourd’hui est la voiture. On quitte El Bolson pour se rendre à Esquel, 150km plus au Sud. On empruntera une nouvelle fois la fameuse Ruta 40. Et il faut dire la vérité, elle est très belle. Une alternance de montagnes et de lacs, le tout parsemé de petites fleurs jaunes le long de la route. Autant, au nord de l’Argentine c’était de superbes routes désertiques, autant ici c’est très vert et fleurie.

Après environ 2h, on arrive dans la ville de Esquel, qui il faut bien l’avouer est plutôt quelconque. C’est sûr que la comparaison avec San Martin de Los Andes ou encore Villa Angostura est difficile, voire impossible.

On dépose nos affaires dans notre appartement, qui lui aussi est un, voire deux ou trois, crans en dessous des autres, et on file vers le parc national de Los Alerces.

30km après Esquel, on entre dans le parc où il nous faudra faire une cinquantaine de kilomètres sur la piste. La route est vraiment très très très jolie. C’est un plaisir de conduire, même sur la piste qui n’est pas toujours facile. Par contre, je comprends pas comment on peut avoir des portions bitumées et d’autres non. Qu’est-ce qui se passe dans la tête du responsable de la voirie ?!?! « Bon les gars, aujourd’hui j’ai décidé que l’on allait bitumer qu’une portion de la route, on fera le reste quand l’Argentine remportera la coupe du monde…« . Il n’a pas pris trop de risque le bonhomme… 🙂 🙂

On aura donc mis près d’une heure à rallier le parking de Paserela Rio Arrayanes. Le point de vue est vraiment magnifique et c’est dommage de ne pas avoir un grand soleil car cela aurait été encore plus beau. S’en suivi une petite randonnée d’une heure sur le sentier Camino a Puerto Chucao. Pas extra du tout, reposant tout au plus.

On fait maintenant demi-tour sur notre route de terre et on s’arrêtera à la cascade Irigoyen. Moi qui ne voulait pas m’y arrêter, car encore une cascade moue…, j’avais tort ! Elle était vraiment super belle et mega puissante !

La route retour pour Esquel sera, malgré les nuages mais quelques éclaircies, plutôt belle.

Le soir, on mangera une nouvelle fois de plus à l’appartement devant la série française « Engrenage, Saison 7″, qui est de plus en plus nulle. Vivement qu’elle se termine !

C’est sur cette note que notre escapade dans la région prend fin. Le lendemain, on prendra la direction de Bariloche, 3h de route, sous une pluie du tonnerre, pour rendre la voiture, avec 1500km au compteur. Avec ce déluge, la dame de l’agence de location de voiture aura pitié de nous et nous déposera en centre-ville, où en profitera pour manger une bonne gauffre chez Rapanui :-).

On restera encore une journée à Bariloche pour profiter du bon restaurant, où il ne faut pas arriver en retard sous peine de devoir faire la queue, El Boliche de Alberto, où la viande était bonne mais moins qu’à Alto el Fuego, et également du soleil qui est un peu revenu. Mais surtout du vent de folie qui souffle en continu et qui nous réveille même la nuit !

Maintenant, place à un looooooonnnnnngggggggg trajet en bus pour aller encore plus au Sud et rejoindre El Calafate. 26h de bus… 😦

Les astuces / infos utiles de Ria

  • Transport
    • En Argentine, pour prendre le bus il est nécessaire d’avoir la carte SUB, que l’on peut acheté dans tous les kiosques (pas de paiement en espèce dans les bus). Cependant, il est également possible de demander aux passagers de passer la carte pour vous et en contre partie leur donner le montant du trajet (demander au chauffeur). C’est la méthode que l’on a tout le temps appliquée
    • Bus 20 du centre à Llao Llao 50 ARS par personne 40 min de trajet. Attention sur les blogs et à l’office de tourisme ils indiquent de descendre au terminal mais il est préférable de descendre à l’arrêt d’avant en face de helipuerto (sur maps.me) le chemin est plus court pour rejoindre le départ de la randonnée. Le bus retour se prend en face
    • Bus de Llao Llao au Cerro Campanario 27 ARS par personne. L’arrêt se trouve juste devant l’entrée du cerro
    • Bus du Cerro Campanario au centre de Bariloche 40 ARS par personne. 30 min de trajet
    • Bus du terminal au centre ville : Bus 20, 40 ARS par personne
  • Logements
    • Bariloche
      • Appartement bariloche center bien placé à 200m du centre et de l’arrêt de bus qui est en face de l’Intendencia Parques Nacionales et de la Plaza Ciudades Hermanas. 2235 ARS la nuit sur booking et 2200 ARS la nuit supplémentaire sans booking. Pas de marge de négociation. Immense immeuble, il y a un accueil, l’appartement est au 6e, il est grand avec tout le nécessaire et en prime vue sur le lac et la place principale
      • Airbnb strategic point in bariloche downtown studio de Mili. Le logement est sur la rue commerçante Mitre mais tout de même éloigné du bruit. L’appartement est grand, propre et confortable mais un peu sombre. Le wifi ne marchait pas au début mais la dame a réussi à régler le problème. Nous avons pu déposer nos affaires et récupérer les clés à 11h30. On est revenu à 14h le temps qu’elle fasse le ménage. 1870 ARS la nuit
    • Villa Angostura
      • Airbnb departamento centrico con vista a las montanas. L’appartement est très bien, cuisine fonctionnelle, lit confortable et un lave linge le top quand on est en voyage depuis un moment. On se sent comme chez soit. Proche du centre ville et possibilité de garer la voiture devant. 3100 ARS la nuit
    • San Martin de Los Andes
      • Las cumbres apart & suite, 2500 ARS. L’appartement est bien grand et propre. Il y a une piscine et un sauna mais on a pas eu le temps de s’en servir. Un peu loin du centre ville il faut la voiture. Possibilité de garer la voiture dans le parking et de payer en carte bancaire
    • El Bolson
      • Las lavandas studio neuf, propre le ménage est fait tous les jours et c’est calme. 1450 ARS la nuit. Possibilité de garer la voiture devant et de payer par PayPal sans frais. Il y a 1km de chemin en terre pour y arriver
    • Esquel
      • Cabanas abelard. Petit appartement moins confortable que les précédents. Pas super propre mais pour une nuit c’est suffisant. Possibilité de payer en carte bancaire et de garer la voiture devant le logement. 2090 ARS la nuit
  • Voiture
    • Location de voiture chez Alius possibilité de réserver via whatsapp assez réactif soit au +54 9 294 429-9318 ou agustina +54 9 294 439-5657. 10800 ARS pour 6 jours en catégorie b. En payant en espèce, il y a 10% de réduction. Voiture neuve. Caution par carte de crédit mais c’est juste pour une empreinte papier. Agence située en dehors du centre et c’est pas indiqué sur maps.me diagonal capraro 1362 au croisement avec roque saenz pena et vice almirante o’connnor
  • Restaurants
    • La Esquina à Bariloche, sur l’avenida francisco pascasio moreno près de la plaza ciudades hermanas. La truite est pas mal mais beaucoup d’arêtes. Par contre c’est pas cher
    • Alto el fuego à Bariloche. Situé au 20 de febrero 451. La viande de lomo était hyper bonne, tendre, cuite correctement et pas de gras. La purée et les frites sont bonnes. Y aller à l’ouverture car beaucoup de monde et il faudra attendre. Prix élevé mais ça vaut le coup si vous êtes amateur de viande
    • El boliche de alberto à Bariloche. Restaurant très prisé,y aller dès l’ouverture car après il y a de l’attente.  Il y en a plusieurs dans la ville. Nous avons pris comme à alto el fuego, le bife de lomo, purée pour l’un et frites pour l’autre. C’est moins cher de 7 euros mais la viande et les accompagnements étaient de moins bonnes qualité. Viande tendre mais avec du gras
    • Chocolat ra panui à Bariloche, ils sont bons et les chocolats chauds également
  • Visites
    • Cerro Campanario possibilité de monter à pied mais c’est assez raide. Le guichet est en haut à gauche et le chemin à droit au fond. On a pris le télésiège et la vue en descendant est magnifique. 400 ARS par personne et possibilité de payer en carte bancaire
    • Pour faire le parc los Arrayanes, 12km. Plusieurs options : soit faire l’aller à pied (3h) et le retour en ferry (1h de trajet) soit faire l’aller en ferry et le retour à pied. Il n’y a pas beaucoup de ferry par jour. De villa agostura au bosques arrayanes (1h) le ferry qui part de la gauche de l’île : à 11h et 14h30. Du bosque arrayanes 13h ou 16h30. Sinon le ferry qui passe de l’autre côté de l’île à droite départ de villa la agostura à 14h et le retour de bosque arrayanes départ à 16h. Il y en a peut-être un a 17h mais à vérifier. Un aller en ferry coûte 950 ARS par personne et 1350 ARS pour l’aller retour. Acheter votre billet sur le ponton des ferry à villa la agostura. Le guichet du bosque arrayanes sur l’île est souvent fermé. Possibilité de payer en carte bancaire
    • A El Bolson il y a plusieurs randonnées mais avant il faut aller à l’office des montagnes à côté de la feria franca pour s’enregistrer. Et y retourner après la randonnée. Il est aussi possible de dormir en refuge. A titre informatif, il y a eu des agressions en 2017 sur le sentier qui va à la cascada escondida et sur le sentier cabeza del indio. Les rando cerro piltriquitron et cajon del azul sont safe, il y a beaucoup de randonneurs et elles sont assez populaires
    • Parc los alerces, 20 km de cailloux mais il y a malgré tout des portions de bitume avec une voiture ça reste faisable. Aller jusqu’à pasarela rio arrayanes indiqué sur maps.me il y a un parking qui est payant mais en fonction de la saison il est gratuit. Aller voir le mirador

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :