2 jours à Iguazu

Après notre séjour à Ushuaia, qui fût une belle surprise, on change cette fois carrément de climat et de paysages. Fini les montagnes et le temps sec. Place à la pluie, l’humidité, un temps lourd et la forêt à perte de vue. Bienvenue à Iguazu !! Un long trajet aura été nécessaire pour y arriver. D’abord un vol de 4h d’Ushuaia à Buenos Aires. Une courte escale et un autre vol de 2h pour atterrir sous une fine pluie à Iguazu.

Une fois nos affaires déposées à l’hôtel, on marchera 3km en direction du mirador tres fronteras. Cela faisait très longtemps, depuis l’Asie, qu’il n’avait pas fait aussi lourd. En plus, avec cette chaleur, il est difficile de mettre le kway pour se protéger des quelques averses éparses qu’il y a. Le mirador n’a rien de bien exceptionnel, juste le fleuve Rio Paraguay qui sépare à la fois l’Argentine, le Brésil et le Paraguay.

La faim se faisant vraiment beaucoup beaucoup sentir, rien mangé à part le petit-déjeuner, on a choisi le restaurant La Rueda. Un seul mot : excellent ! La viande et la garniture : un gratin de pommes de terre top ! L’une des meilleures viande que l’on ait mangée !

Jour 1 – Chutes Iguazu côté argentin

Un réveil aux aurores, vers 6h30, pour aller prendre le bus de 7h50 à la gare routière, avec la compagnie Rio Uruguay (on avait pris la veille nos billets). Contrairement à Torres del Paine, où c’était un calvaire de rejoindre, et quitter, le parc, ici c’est super ! Des bus toutes les 20min, à l’aller comme au retour, et un ticket valable pour n’importe quel bus ! Si ce n’est pas le paradis, je n’y connais rien… 🙂

30min plus tard, sous un ciel gris, nous voilà arrivés au parc national d’Iguazu ! Situé à la frontière Brésil – Argentine, 80% du parc se trouve en Argentine. On dénombre environ 275 cascades, qui déversent au total approximativement 6000 tonnes d’eau par seconde ! La cascade la plus haute, Garganta del Diablo, mesure 80m.

Cependant, la visite, qui est d’environ 6h, ne commencera pas de suite. En effet, après avoir acheté un ticket à 800 pesos par personne, et fait un tampon symbolique sur le passeport au bureau des gardes juste avant les portiques de sécurité, on doit prendre un ticket, gratuit, pour le petit train qui mène à la Garganta del Diablo. Vu qu’il n’y a que deux trains par heure, et que les places sont limitées, on doit gentiment patienter en compagnie d’une centaine de personnes. Autant vous dire, qu’à l’ouverture des portes, pas de cadeau, c’est un peu la guerre. Pour avoir une comparaison, c’est un peu comme se retrouver aux Galleries Lafayette le premier jour des soldes. Le rêve…

20min plus tard, nous voilà sur le chemin de la cascade Garganta del Diablo. Une longue passerelle au dessus de la rivière qui mène au point de vue.

« Mesdames et Messieurs, attention, les images qui vont suivre peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes« .

Mais qu’est-ce que c’est beau !!! Une cascade GIGANTESQUE !! Et des dizaines d’autres petites à côté. Avant de venir à Iguazu, j’avais un peu d’appréhension : »Est-ce-que c’est si bien et si beau que tout le monde le dit ? Est-ce que ce n’est pas une cascade de plus après toutes celles qu’on a déjà vues en Asie et en Australie ?« . Finalement, en ne m’attendant pas à quelque chose de fabuleux, la surprise fût d’autant plus grande ! On est bien resté environ 1h à contempler cette merveille de la nature. La puissance de l’eau est tellement forte que cela crée un nuage blanc en bas de la cascade. Cette chute restera une belle image de notre tour du monde :-).

D’ailleurs, en parlant de « monde »… Cela aussi était impressionnant, mais dans le mauvais sens. Les passerelles étaient BONDEES! Il y avait même la queue pour pouvoir approcher la rambarde ! La file d’attente c’était quand les gens étaient civilisés. Sinon, ils mettaient l’appareil photo au dessus de ta tête ou bien ils te poussaient pour pouvoir avoir une place. Non mais sérieux !! Vous pouvez pas attendre 5min comme tout le monde ?!?!?! C’est typiquement le genre de comportement qui nous agace au plus haut point. A croire que la cascade allait disparaître dans quelques minutes !! Quand est-ce que dans l’Histoire on est tous devenu des gros cons ?!?! (vous n’imaginez pas comment on a dû se battre à coup de pieds, poings pour pouvoir faire la photo ci-dessus. Des nombreuses personnes ont vu la cascade de plus près… 🙂 ).

Bref, une fois parti, on est allé en direction du Sendero Inferior et Superior. Sur ces deux sentiers, qui sont, tout de même assez long, on peut voir d’autres cascades. Certes, beaucoup moins impressionnantes mais tout aussi belles.

Le Sendero Inferior était tout de même le plus joli des deux. Et vu que c’était « un peu moins beau », il y avait moins de monde et c’était beaucoup plus agréable de se balader.

Pour le ravitaillement, on ira manger dans l’un des nombreux snack du parc. Deux assiettes de salade bien garnies, trois empenadas et deux frites : 10 euros. C’est sur que ce n’était pas le repas le plus délicieux que l’on ait mangé mais on ne s’attendait vraiment pas à payer si peu cher. Les parcs de type Asterix ou Disney devraient s’en inspirer (en moyenne 12 ou 15 euros pour un burger avec frites /boisson). Pendant notre repas, il y avait plein de petits coatis, que certains touristes français appelaient des lémuriens…, qui rodaient dans les parages à la recherche de nourriture. Bien que tout mignon, ils peuvent être vraiment agressifs.

On termina notre visite du parc par la randonnée Sendero Macuco.

Il faut être honnête, la balade de 7km aller-retour n’a aucun intérêt, car uniquement dans la forêt, et encore moins la « chute d’eau » au bout du chemin qui ressemble plutôt à un robinet ouvert en comparaison à la Garganta del Diablo. Non aucun intérêt…

Excepté peut-être deux choses. La première, c’est qu’on a vraiment l’impression d’être dans une forêt qui vit et respire et qui n’a pas été polluée par l’Homme. Il y a une vraie faune tout autour et on se sent tout petit à écouter les différents bruits que font les nombreux oiseaux, animaux et autre fourmis géantes. La seconde, c’est apparemment l’endroit idéal pour apercevoir, si on a de la chance, des Toucans, des oiseaux avec un long bec rouge-orange. Et sur le chemin du retour, contre toute attente, on a eu ce privilège. Vraiment génial de terminer la visite du parc sur cette image.

En rentrant dans la ville de Iguazu, on mangera, au restaurant Color Parilla Pizza, une bonne viande. Malheureusement, la comparaison avec le repas de la veille n’est pas possible. Hier c’était génial, aujourd’hui c’est juste bon.

Jour 2 – Chutes Iguazu côté brésilien

Dernier jour à Iguazu, et oui déjà. Le réveil sera plus tardif, car aujourd’hui, on prend le bus pour se rendre de nouveau aux chutes d’Iguazu mais cette fois-ci côté brésilien, qui nécessite un temps de visite à priori plus court. Et c’est sous un grand soleil de plomb que l’on attend le bus de 10h30, toujours avec la compagnie Rio Uruguay.

1h plus tard, et deux tampons de frontière en plus sur nos passeports, nous voilà arrivés. Fini l’espagnol et les pesos, place au portugais et aux Real ! On paye donc l’entrée du parc 144 Real pour deux, environ 31 euros, et on prend un bus panoramique, qui n’offre vraiment aucun intérêt, pour rejoindre les chutes.

Sur plusieurs blogs, on avait lu que les chutes côté brésilien étaient moins belles que celles d’Argentine. Et bien, croyez le ou non mais, de notre point de vue, c’est complètement faux ! Les chutes sont sensationnelles !! On peut en voir plusieurs très imposantes et également la Garganta del Diablo. Certes, on est plus loin mais la vue est beaucoup plus panoramique ! Là où en Argentine on était plus en hauteur, ici on est plus bas, ce qui offre une perspective différente.

Ce qui ne change pas par contre c’est la foule qu’il y a. Mama Mia, le monde !! Et vu qu’il y a moins de point de vue, tout le monde est regroupé au même endroit. Nous, on ira prendre des photos ici…Gloups 😦

On a essayé de profiter au mieux de l’endroit mais cela était très difficile avec le nombre de personnes tout autour. Du coup, on y restera mais moins longtemps que ce que l’on souhaitait.

Ensuite, on a fait un tour de l’autre coté de la passerelle pour avoir d’autres points de vue. Sympa mais sans plus, surtout avec la chaleur qu’il y a. C’est dingue, on transpire autant que la cascade… 🙂

13h30, il est temps d’attraper de justesse le bus pour retourner à l’entrée du parc pour attendre finalement plus de 30min notre bus pour Puerto Iguazu qui était en retard. Encore deux nouveaux tampons sur le passeport et nous voilà de retour à Iguazu !

The Van Burger sera notre dernier restaurant ici. Sympa mais la viande était vraiment trop épaisse dans un burger. J’avais l’impression que c’était plus un steak haché avec du pain que l’inverse.

Voilà qui clôture notre mini périple dans le nord de l’Argentine. Une bien belle surprise même si cela a un coût non négligeable pour le peu de temps passé sur place (avion, transports). Mais bon, avec le réchauffement climatique qui sait encore combien de temps il y aura de l’eau ici ? Maintenant place à Buenos Aires, qui sera notre dernière étape de notre tour du monde… Ou pas 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :