4 jours à El Chalten

Après avoir vu le fameux et splendide glacier Perito Moreno, nous voilà 3h de bus plus tard arrivés à El Chalten ! Sur place, on a réservé un appartement, Complejo Como Vaca, pour que l’on puisse se faire à manger.

Jour 1 – Fitz Roy

Une excellente nuit de sommeil dans notre logement, et la première chose que l’on fait c’est scruter la météo. Cette ville est le point de départ de nombreuses randonnées, du coup sous la pluie ou un ciel gris, l’intérêt est plus limité. Finalement, on a de la chance, il est prévu un grand soleil ! On en profite donc pour faire la randonnée qui mène au Fitz Roy ! Mondialement connue, cette montagne, qui culmine à 3405m d’altitude, est apparemment l’un des sommets les plus difficiles à escalader au monde, car le granite est extrêmement compact. Le sommet a été atteint pour la première fois en 1952 par deux alpinistes français, Lionel Terray et Guido Magnone. Cette montagne est un gigantesque monolithe de granite ayant une forme pyramidale, qui a été sculptée par les vents violents, la glace et la neige.

C’est vers 8h40 que l’on commencera cette longue marche. 20km aller-retour, auquel il faut rajouter 3km aller-retour de trajet de notre logement au début du sentier.

Première impression : il y a du monde ! Enfin, non pardon, c’est BLINDÉ ! On ne pensait pas qu’il y aurait autant de gens et de groupes. Le début est une montée d’environ 3km, sans difficulté ou presque, dans la forêt, où on peut s’arrêter sur plusieurs points de vue qui donnent sur la vallée. Malgré le ciel dégagé, le Fitz Roy est légèrement sous les nuages.

Cela permet également de dépasser les quelques groupes et autres personnes plus lentes. Attention, coup de gueule : à tous les « trekkers », la randonnée n’est pas une course ! Il n’y a rien à gagner à être rapide ou lent et d’empêcher les autres de passer. Chacun son rythme et les chèvres seront bien gardées ! Il y a plusieurs règles non officielles : si quelqu’un est derrière je laisse passer et un petit sourire ou un bonjour aux personnes à contresens ne tue personne. Voilà, c’est pas grand chose cela et rend les choses plus simples. Bref.

Bien que le sentier soit relativement plat, il est tout de même semé d’embûches avec des passages de boues. Mais attention, pas de la boue par-ci par-là, non non, de la vraie boue où tu dois te déhancher et jouer les équilibristes pour ne pas tomber. Malheureusement pour les photos, Ria vacille mais ne tombe pas. Et même malgré le vent qui souffle énormément !

Arrivé à 1km du point de vue, c’est là que les choses se compliquent. Une ascension raide et pentue !! OUCH !!! 400m de dénivelé en 1km,c’est limite de l’escalade par endroit ! On mettra pas loin d’une heure pour grimper, c’est dire la difficulté ! C’est tellement raide que l’on verra au loin les autres randonneurs en train de gravir la montagne.

3h de marche après notre départ, nous voilà devant un monstre : le Fitz Roy !! Enfin presque car malheureusement un satané nuage est scotché sur le haut de la montagne. Cela ne nous empêche pas de profiter pleinement du paysage, de la Laguna Sucia, qui est bleu foncée, et de nos super sandwichs pain de mie / saucisson. Vraiment INCROYABLE et MAGNIFIQUE cet endroit. Il y a beaucoup de vent, parfois froid, mais pas aussi désagréable que ça. Également pas mal de monde mais heureusement le site est suffisamment grand pour ne pas qu’on se marche dessus.

On restera bien deux heures en haut avant d’entamer la descente aussi périlleuse que rapide. Un peu plus loin sur le chemin, on fera un léger détour, 2km aller-retour, pour aller jusqu’au mirador Piedras Blancas, qui nous permet de voir un splendide glacier.

On reprendra ensuite notre sentier, toujours aussi boueux… Et là, une personne, sûrement bien intentionnée, nous dit clairement qu’il ne faut pas marcher à côté du sentier, car on l’abîme, et qu’il faut marcher dans la boue… Alors oui, entièrement d’accord sur le principe. Cependant, des fois, c’est dangereux car tu peux plus facilement glisser et tomber. Par ailleurs, s’il y avait des planches de bois au dessus des zones de boues, personnes de passerait à côté. Du coup, on l’a laissé passer devant…

Plus on avançait, avec des moments vraiment longs, et plus le ciel laissait s’échapper quelques gouttes. On voulait se dépêcher mais quand un groupe de 30 personnes est devant toi en file indienne, tu oublies de dépasser et tu prends ton mal en patience :-).

On terminera la journée bien fatigué, après 25km de marche tout de même. On passera également faire quelques courses, pour s’apercevoir que finalement ce n’était pas beaucoup plus cher qu’à El Calafate.

Jour 2 – Laguna Torre

Encore une bonne nuit de sommeil, et nous voilà partis un peu plus tôt que la veille. Aujourd’hui ça sera la Laguna Torre ! C’est sous un ciel partiellement dégagé que l’on rejoint le sentier. Au menu : 18km aller-retour et, si on a le temps, on ira voir la cascade Chorillo del Salto.

Le chemin est vallonné, en forêt, pendant environ 3km, mais sans grande difficulté. Ensuite, c’est plat, plat, plat dans les plaines, mais avec une vue sur le Cerro Torre. Enfin presque car il y a des satanés nuages juste dessus qui ne veulent pas bouger d’un pouce.

Les 9km pour rejoindre la Laguna Torre sont assez faciles avec un peu de vent, du soleil par intermittence et quelques passages un peu ennuyant. Cependant, un peu comme la veille, on aura le droit à notre portion de boue à traverser. Cette fois, ça sera dans la forêt. J’étais à l’affût mais malheureusement on n’aura pas de cliché de Ria en train de tomber/glisser. Dommage.

C’est après 2h30 que l’on arrivera à la Laguna Torre. Le Cerro Torre, qui culmine à 3102m d’altitude, est toujours sous les nuages mais le reste est dégagé et c’est vraiment très beau ! Une petite pause déjeuner bien méritée, avec toujours un peu de vent frais. Et quoi de mieux qu’un bon sandwich pain de mie / saucisson en profitant de la superbe vue ? 🙂

Après avoir bien mangé, gloups, on marchera un peu plus loin, 2km, pour rejoindre le mirador Maestri, qui nous permet d’avoir une vue sur le glacier. Moins impressionnant que le Perito Moreno mais tout de même imposant. La vue d’ici avec le glacier, le Cerro Torre, même sous les nuages et la Laguna Torre est vraiment top !!!

On y restera une bonne heure avant de faire demi tour. On part donc sans avoir pu admirer le Cerro Torre, qui est tout de même l’attraction phare ici. On avance, on avance et en se retournant, on voit les nuages partir !!! Ni une ni deux, on retourne à la Laguna Torre pour profiter du spectacle ! MAGNIFIQUE !!!! On ne regrette vraiment pas d’être revenu. En plus, il fait super bon car le vent est tombé, c’est super agréable. Pas mal de monde mais beaucoup moins qu’au Fitz Roy.

Au total, on sera tout de même resté pas loin de 4h autour de la Laguna !

Cette fois-ci, c’est bon, on s’en va pour de vrai. Bye bye Cerro, content de t’avoir vu ! Vu le ciel bleu bleu bleu qu’il y a, on regrettera vraiment de ne pas avoir fait le Fitz Roy aujourd’hui. Mais bon, on ne peut pas tout faire.

Le chemin retour sera assez rapide et on prendra une bifurcation, non pas pour aller à l’hôtel mais pour aller voir la cascade Chorillo del Salto. 14km depuis la Laguna nous en sépare, avec les 3 derniers kilomètres beaucoup moins sympa, une alternance de sentier et de route.

La cascade vaut par contre vraiment le coup. Assez grande et d’une puissance phénoménale ! On n’y restera pas très longtemps car il est déjà tard et Ria commence à marcher comme un robot, avec un mal de pieds et des courbatures.

C’est donc bien fatigué que l’on rentrera vers 20h. On aura beaucoup beaucoup marché, avec environ 34km au compteur !

Jour 3 – Loma del Pliegue Tomado

Une bonne nuit de sommeil nous a permis de recharger les batteries, car aujourd’hui, c’est encore une longue journée de randonnée qui nous attend. En ligne de mire, Loma del Pliegue Tomado. On est d’accord, c’est un nom à coucher dehors, et à dire vrai, je n’étais pas hyper motivé à y aller.

Nous voilà donc partis sous un ciel nuageux mais qui pourrait s’éclaircir au fil de la journée.

Cette randonnée, de 18km aller-retour, se décompose en quatre parties distincts. On commence dans un premier temps par une longue ascension dans les plaines, avec des champs de fleurs jaunes et les montagnes en arrière plan.

Quelques zones boueuses également, mais comme d’habitude, à mon grand regret, pas de chute ni glissade de Ria.

La deuxième partie est uniquement dans la forêt, toujours en montée, avec rien d’autre à voir que des arbres, des arbres et encore quelques arbres.

Le troisième segment est celui qui mène au pied du sommet, et qui offre déjà un splendide point de vue sur le Cerro Torre, la Laguna Torre et le Fitz Roy.

Enfin, la dernière partie, est celle qui mène au sommet de la montagne, à 1500m d’altitude. Ni arbre, ni fleur, uniquement des cailloux, du sable et de la neige. Ria aura eu un peu d’appréhension à cause de la neige près du sommet mais, avec du courage, elle aura vaillamment réussie !! 🙂

Une fois en haut, on avait l’impression d’être sur le toit du monde ! 🙂 SPLENDIDE !!!

Au final, on aura bien mis 3h pour y arriver. Le chemin depuis le point d’information ne fait que de monter, monter et monter encore. Mais pas d’inquiétude car c’est régulier et, excepté la dernière ascension, il n’y a pas de grosse difficulté.

Cependant, la vue en vaut vraiment la chandelle !! En plus de voir le Fitz Roy et le Cerro Torre, on peut également avoir une vue sur la chaîne de montagnes et le lac Viedma. Vraiment génial comme endroit et bizarrement il n’y a presque personne. Tant mieux pour nous. On restera bien deux heures à prendre des photos, profiter du paysage et surtout reprendre des forces grâce à un sandwich incroyable venu d’une autre planète : le pain de mie / saucisson. On en profitera pour discuter avec un français Romain et deux belges Amandine et Zoé et faire plus ample connaissance.

Le trajet retour sera plus rapide, environ 2h20. Cela sera l’occasion pour Ria de procéder à plusieurs changements de chaussure ! Bah oui, une pour les portions boueuses et une autre pour les sentiers secs ! Ahahaha les filles et les chaussures, une vraie histoire d’amour ! Avant elle avait mal aux pieds, maintenant elle court et saute comme une gazelle !

Avant de rentrer nous reposer, on passera au terminal de bus pour prendre nos billets pour aller à Puerto Natales dans deux jours.

Jour 4 – Mirador Los Condores et Las Aguilas

Une bonne nuit de sommeil, et nous voilà partis. Avec le ciel qui est dégagé, on a prévu de retourner au Fitz Roy. Après quelques minutes de marches dans la ville, on aperçoit déjà au loin le géant… Avec le sommet à moitié sous les nuages. Cela nous a un peu refroidi. Faire 24km pour voir la même chose que l’on a déjà vu il y a 3 jours ne nous emballe pas des masses. On hésite et finalement on rentre à l’appartement pour attendre un peu et voir si le ciel se dégage d’ici là.

On patientera jusqu’à 11h30 avant de ressortir. Le sommet est toujours sous un voile nuageux. Tant pis, on décide de ne pas y aller. Du coup, Plan B. On fera la mini randonnée de 5km aller-retour pour aller jusqu’aux miradors Las Aguilas et Los Condores. Autrement dit, une randonnée de fainéant par rapport à celles qu’on a déjà faites :-).

Le sentier est simple et monte légèrement en continu, sans difficulté. On s’arrêtera d’abord au mirador Los Condores, d’où on a une vue sur la ville et la chaîne de montagnes, avec bien évidemment le Fitz Roy, presque dégagé, et le Cerro Torre, complètement sous les nuages.

Ensuite, on marche un peu pour rejoindre le mirador Las Aguilas. Cette fois, on tourne le dos à la ville et on peut voir le lac Viedma entouré d’un désert de montagnes.

C’est beau mais cela reste largement en dessous de ce qu’on a pu voir ces derniers jours. Sur le chemin du retour, on a pu voir le Fitz Roy complètement dégagé. Gloups. Bah tant pis, on l’aura tout de même vu de loin. Mais on ne regrette pas trop notre choix car Ria a mal aux pieds, et ce n’est pas certain qu’elle aurait pu marcher 6h ou 7h.

Pour une fois, on rentre tôt, ça nous change. L’occasion d’avancer un peu sur le blog et de réserver l’hôtel pour Ushuaia (pour une fois que l’on s’y prend à l’avance :-)). C’est également l’occasion de tuer toutes les araignées qu’il y avait dans l’appartement. C’est dingue, depuis le début de notre séjour ici, on a dû en tuer 4 ou 5 par jour ! Vu notre « amour » pour ces petites bêtes, on ne peut pas dire qu’on était rassuré !

Voilà, notre séjour à El Chalten prend fin. On aura passé 4 supers jours, avec 3 magnifiques randonnées, et 86km au compteur, et également profiter du beau temps. On aura eu beaucoup de chance tout de même et on se dit qu’on a bien fait d’inverser notre itinéraire pour venir ici quand la météo était plus favorable. Et notre timing est parfait car le lendemain, c’est sous un ciel nuageux et pluvieux, que l’on prendra un bus pour notre prochaine destination, Puerto Natales au Chili !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :