3 jours à Torotoro et Cochabamba

Après notre éprouvant périple à El Choro, on prend la direction de Cochabamba puis de Torotoro, à 320km.

Une nouvelle fois, un trajet INTERMINABLE ! On les collectionne décidément. Départ à 11h30 et arrivée à 20h30. Le chauffeur roulait à deux à l’heure et s’arrêtait tout le temps. Heureusement le bus, de la compagnie El Dorado, était vraiment confortable. On a même eu droit à la saga des films Transformers, en espagnol bien sûr !

Une fois arrivé, il faut maintenant trouver un hôtel ! On a eu la bonne idée de ne pas réserver en avance. Du coup, c’est un peu à l’aveugle que l’on avance. Après quelques échecs, on finira par trouver notre « bonheur ». C’est pas le Ritz mais pour une nuit, on va pas faire les difficiles.

Jour 1 – Arrivée à Torotoro

Debout 6h pour aller prendre un minivan, direction Torotoro. Autrefois, la ville s’appelait « Tourou Tourou« , ce qui signifie en langue Quechua « ville de la boue ». Mais avec la colonisation espagnole, la ville a été rebaptisée « Torotoro« .
« Dans la série des trajets interminables, je voudrai celui menant à Torotoro. » A croire qu’on le fait exprès c’est pas possible autrement ! 4h15 de route de terre et de cailloux. En plus, on était au fond du minivan, c’était horrible. On a eu Parkinson tout au long du voyage !

C’est donc bien fatigué que l’on arrive enfin ! Après une petite visite du village, on a la chance de retrouver nos amis (Sonia, Nico, Betty, Ewan et leurs enfants) que l’on avait rencontré au Cambodge et aux Philippines. L’occasion de passer une bonne après-midi et une bonne soirée.

Jour 2 – Cuidad Itas et grotte Umajalanta

Après une nuit reposante, si on met de côté les innombrables aboiements de chiens, on se rend à côté du gymnase de la ville, qui est le lieu de rendez-vous pour toutes les excursions.

On doit maintenant trouver un groupe de personnes avec qui se joindre, ce qui diminuera le prix des excursions. On a la chance de rencontrer rapidement deux français, Antoine et Laura, et un allemand, Nabil. Un groupe de 5, parfait ! Au programme, la Cuidad Itas et la grotte Umajalanta.

Vu que l’on collectionne les trajets de merde, il était normal que pour rejoindre la Cuidad Itas ce soit la galère. 25km de pur plaisir, sur un chemin plein de trous, de bosses et de gros cailloux. 1h de cauchemar. Sur ce point, la Bolivie n’a rien à envier au Laos.

La randonnée aura duré environ 2h, et ce fût vraiment très jolie. La Cuidad Itas est un haut plateau qui domine la vallée de Torotoro à 3520m d’altitude.

Plusieurs points de vues, des cathédrales, qui ont été formées par l’eau il y a plusieurs millions d’années et enfin des canyons. Et le guide s’arrêtait souvent pour nous expliquer telle ou telle chose.

Ensuite, Cauchemar Épisode 2. 40min de 4×4 pour rejoindre l’entrée de la grotte. Mais avant de s’engouffrer dans la caverne de Batman, une petite pause repas était nécessaire pour reprendre des forces. Un excellent sandwich préparé par notre hôtel, alors que les autres avaient acheté des boîtes de thon et sardines. Dommage… 🙂

On s’équipe d’un casque, et nous voilà partis, tels les nains de Blanche Neige. « Hé oh, Hé oh, on part en spéléo ! ». Ria n’était pas très rassurée, mais avec Laura elles se serraient les coudes. La grotte Umajalanta est la grotte la plus profonde de la Bolivie. Cela signifie « chute d’eau » ou bien « où l’eau se perd » en langue aymara. Elle a été découverte en 1966 par des explorateurs français et boliviens.

On s’engouffre dans l’obscurité et c’est vraiment impressionnant. Le noir total. Il y a bien quelques descentes où il faut s’aider à l’aide d’une corde, mais cela reste facile et pas très haut. On a même dû ramper sur plusieurs mètres ! Heureusement qu’il n’y a pas eu de tremblement de terre… 🙂 On a bien dû passer 1h30 dans la grotte à écouter ce que nous racontait le guide, sur les stalactites et stalagmites. Les stalactites grandissent de 11cm tous les 30 ans et les stalagmites de 11cm tous les 60 ans !

Cette excursion fut une excellente surprise car totalement inattendue.

Le soir, on a mangé au restaurant avec Laura et Antoine, et également deux autres français qui faisaient également un tour du monde. Moment très sympa où on a pu échanger sur nos différentes expériences.

Jour 3 – Dinosaures et le canyon Chiflon

Une nuit reposante, et c’est dès 8h30 que l’on se retrouve avec nos compères de la veille, et avec le même guide, pour une journée bien remplie ! Au programme, le parc national des dinosaures, Huellas de dinosaurios, et le canyon de Chiflon.

Quelques kilomètres en van sur une route toujours à la pointe de la perfection, et nous voilà déposé au milieu de nul part, pour notre premier arrêt : les traces de dinosaures !

On se croirait dans Jurassic Park avec des empreintes de vélociraptor. Il y en a des centaines. C’est vraiment incroyable de voir des traces qui datent de plusieurs millions d’années. On distingue deux types de pas : les carnivores et les herbivores. Les carnivores sont celles qui sont les plus allongées et pointues, tandis que celles des herbivores sont beaucoup plus rondes. Le professeur Alan Grant n’a qu’à bien se tenir… 🙂

Notre guide nous explique également qu’il y a plusieurs couches de terre, ou strates, et que d’autres empreintes apparaîtront dans, les années à venir grâce à l’érosion. Moue, il va attendre très longtemps le bonhomme avant de pouvoir voir autre chose… 🙂

Ensuite, on prend la direction, quelques centaines de mètres plus loin, du canyon ! Après un descente assez raide, nous voilà dans la gorge avec une jolie cascade. Un endroit très reposant, où on est bien resté 30min. Pas de baignade car l’eau ne nous attire pas tant que ça.

On se demandait ensuite ce qu’on allait bien pouvoir faire car il était 11h et on avait terminé. Enfin, c’est ce qu’on pensait, car on a entamé une longueee marche dans le canyon qui était mega sympa ! Plusieurs petites cascades, un peu d’escalade de temps en temps et un décor vraiment très beau.

On a bien dû marcher 2h, à monter et descendre sur les flancs du canyon, pour atteindre notre destination : LA cascade. Vraiment féerique. En prime, un bassin qui LUI donnait vraiment envie d’aller y faire trempette. Enfin, que pour Antoine et moi, car les filles ont préféré rester au sec. Tant pis pour elles car c’était top !! C’était aussi bien que c’était froid, c’est dire si c’était froid ! J’ai cru que j’allais geler sur place ! Cela ne nous a pas empêché de faire quelques sauts dans le bassin d’eau turquoise.

Après cette pause d’environ 1h, on est monté et monté encore pour arriver jusqu’au point de vue du canyon. Et QUEL point de vue !! Aux bons souvenirs d’Australie et de Karijini !! D’une profondeur de 250m, il y a également une plate-forme avancée dans le vide, c’était encore plus beau ! Sans doute l’une des plus belle gorge que l’on ai vu.

Après toutes ces belles images, on a mangé dans un boui-boui à côté du point de vue. Cela a été l’occasion d’échanger un peu plus avec notre guide et parler un peu de foot 🙂

En rentrant au village, on a fait une dernière halte sur un autre site d’empreintes de dinosaures. Et celles-ci étaient vraiment énormes !! C’est vraiment dingue que malgré les intempéries, les catastrophes naturelles etc… les traces soient en si bonne état après des millions et des millions d’années.

Finalement cette journée aura été bien fatigante ! Une petite sieste et on retrouvera nos deux acolytes dans une autre pizzeria. Mais que ce fut drôle ! La moitié des plats sur la carte n’étaient pas disponibles et quand je commande des tortillas, le serveur/cuisto réfléchi un moment, va en cuisine et revient en nous disant « désolé pas de patate« . Effectivement, pas facile des tortillas sans pommes de terre. Ce fut tout de même très bon et très sympa. En prime, on a assisté à la victoire de Rafael Nadal à l’US Open. Soirée parfaite !

C’est sur cette belle note que l’on partira, le lendemain matin, de Torotoro, toujours avec nos deux compères, pour retourner à Cochabamba ! On les quittera une fois arrivé. Cela sera l’occasion de partager une dernière tranche d’ananas.

Eux remonte à La Paz et nous on va rester une journée dans cette ville avant de prendre un bus pour Sucre. Cochabamba ne nous attire pas plus que ça, va savoir pourquoi. On s’y est baladé sans trop savoir où aller et quoi voir. Mis à part le mirador Cristo de la Concordia, qui offre un point de vue sur toute la ville, le jardin botanique ou encore le Palacio Portales ,que l’on n’a pas pu visiter, ce fût une journée pleine de repos ! Vivement la suite !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :