8 jours aux alentours de Mendoza

Après un long, très long voyage en bus de plus de 20h, on arrive enfin à Mendoza! 19h au lieu de 18h principalement parce qu’on est resté plus de 30min à l’arrêt après avoir changé de bus environ 45min après le départ. Le voyage ne dure déjà pas assez longtemps ?!?! Le chauffeur attendait qu’on se téléporte ? En plus, il faisait un froid de canard là-dedans ! Je ne comprends vraiment pas, tout le monde est avec une couverture et un polaire, et le chauffeur laisse la clim à fond les ballons. Si on attrape pas une pneumonie avec ça… 

Arrivant un samedi en fin d’après-midi, tous les loueurs de voitures sont fermés. Cela ne nous arrange pas des masses car demain c’est dimanche et c’est sûr que rien ne sera ouvert. On avait prévu de ne rester qu’une journée avant de partir en vadrouille. Cependant, on semble être coincé ici jusqu’à mardi, vu qu’il faut réserver la voiture 24h à l’avance. Du coup, pendant 2 jours ça sera repos ! Cela faisait tellement longtemps qu’on n’avait pas fait ça.

On fera tout de même une petite visite de la ville et des 5 places majeures : Plaza San Martin, Plaza Chile, Plaza Italia, Plaza Espana (notre préférée avec toute la mosaïque) et enfin la Plaza Independencia.

Le reste du temps sera dédié au repos à l’appartement Airbnb, qui était super bien situé, avancer un peu sur le blog, la sieste, une petite sortie running, réserver les hôtels pour les prochains jours et faire le tour des agences de location de voiture pour trouver notre bonheur. En se baladant un peu, on verra ce magnifique panneau. Des enfants qui font du Karaté-Ball… 🙂

Mais que ce fût difficile !! Entre l’agence qui n’existe plus, et qui comme par hasard est le plus loin (Auto Mendoza Rent Car), celle qui n’a pas de voiture de disponible (Cactus Rent Car), celle qui te loue une Twingo au prix d’une Porche Cayenne (Avis) et enfin celui où on arrive pas à payer la caution car leur machine de CB ne prend QUE les cartes de crédit et non de débit (B&T Rent Car), on est pas sorti de l’auberge !!! 
Finalement, on finira par trouver enfin une voiture, pour un prix raisonnable, chez Alamo Rent Car. OUF, on était sur le point de perdre espoir… 🙂 Quelques courses au supermarché, et nous voilà prêt pour commencer le lendemain notre périple. 

Jour 1 – Parc National Sierra de Las Quijidas

Ce matin, on a un programme chargé. On doit prendre la voiture, rendre les clés de l’appartement et enfin aller retirer de l’argent dans l’agence de Azimo
Azimo, parlons-en justement. Vu les frais exorbitants que l’on a quand on retire de l’argent aux distributeurs (10 euros par retrait avec un maximum de 60 euros), il fallait que l’on trouve une autre solution. Ria a découvert Azimo, qui est une agence d’envoi d’argent à l’autre bout du monde et à moindre frais. Dans le même style que Western Union mais avec moins de frais. La limite du retrait, 1670 euros pour l’Argentine nous suffit amplement (même si pour une sombre histoire de plafond, avec notre autre compte Monabanq on ne pourra virer au maximum que 500 euros). Après avoir eu quelques difficultés administratives à ouvrir et transférer de l’argent sur le compte, car le paiement doit être fait avec une carte au même nom que la personne qui crée le compte, on peut enfin aller le récupérer. Le transfert par carte bancaire se fait très vite, 1h après il est possible de récupérer l’argent en agence. 
On pensait faire ça vite fait bien fait. Perdu !! En fait, l’agence dans laquelle on récupère l’argent, Argenper, c’est un peu comme La Poste un samedi matin. En arrivant 5min avant l’ouverture, il y a 15 personnes devant nous et un seul guichet… Snif. Heureusement, tout se passera bien pour le retrait 🙂

C’est donc vers 11h que nous voilà partis, à bord de notre super bolide, en direction du Parque National Sierra de las Quijidas ! Le temps n’est pas aussi beau que dans le nord de l’Argentine, et il fait un peu frais et nuageux.

Environ 3h de route et 240 km plus tard, on arrive aux portes du parc. Il est possible de faire 5 randonnées mais uniquement 2 sont avec un guide obligatoire. Du coup, vu qu’on a pas forcément trop le temps, on préfère faire celles qui sont libres… Enfin ça, c’était avant qu’on apprenne deux mauvaises nouvelles. La première, c’est que la porte passager de la voiture ne se verrouille pas. Pas génial et cela ne nous rassure pas trop, surtout Ria. Lors du check de la voiture c’est pas le truc que l’on a vérifié… Mais la vraie mauvaise nouvelle, c’est quand on arrive au parc… Le panneau sera la seule chose que l’on verra, car le parc est fermé à cause de la pluie qui est tombée la veille. Voilà, on est hyper mega content… 😦 Une journée de voiture, 600km aller-retour, un demi plein d’essence,… Bref emballez tout, c’est pesé et merci beaucoup ! AHAHAHHA quelle poisse !!

Du coup, vu qu’il fait un temps de merde, on s’en va totalement ravi. Environ 1h30 plus tard, on arrive à notre hôtel dans une ville près de San Luis. Bien que le monsieur était super gentil, il nous donne un appartement où ça sent trop le gaz… Alors non, on va pas dormir ici, on a encore envie de vivre un peu 🙂 Heureusement, il n’y a personne d’autre dans l’établissement et il nous donne un autre appartement. Par ailleurs, il va également nous aider pour cette histoire de porte de voiture qui ne se ferme pas. En fait, c’était tout bête, il fallait pousser la poignée intérieure en sens inverse pour verrouiller la porte. Un système que l’on n’a pas chez nous.

On était bien tranquille dans le lit à regarder une série quand le propriétaire vient toquer à la porte. Il n’avait toujours pas reçu le virement pour le paiement. Bizarre car sur notre compte on le voit bien en crédit. S’en est suivi une longue analyse d’environ 1h pour savoir pourquoi cela ne fonctionnait pas. Même nos voisins s’y sont mêler pour faire la traduction. Verdict : on contactera notre banque demain matin à 6h30, donc 11h30 heure française, pour avoir le fin mot de l’histoire.

Jour 2 – Bodega Alta Vista et Upsallata

Après avoir fait littéralement choux blanc la veille, on espère cette journée sous de meilleure cieux.

Le réveil à 6h30 a un peu piqué mais il fallait éclaircir cette histoire de paiement avant de partir. Finalement, le site ne marchait toujours pas du coup on a dû payer en espèce. Maintenant, on peut partir et rejoindre Mendoza !

La route fût d’un ennui mortelAucun paysage à se mettre sous la dent. A part trois péages et un contrôle de police, rien, nada. En plus, il y avait plein de nuages. Cela nous rappelait nos escapades en France. Routes ennuyeuses et ciel couvert.

3h plus tard, on arrive à la bodega Alta Vista. On l’avait repéré sur internet comme étant l’une des meilleures, on verra bien. L’Argentine est un sérieux compétiteur en ce qui concerne les vins. Plusieurs vins, des régions de Salta ou de Mendoza, ont été récompensés à plusieurs concours.

Après une vingtaine de minutes d’attente, on est rejoint par une guide, et un petit groupe de personnes. La guide nous décrit un peu l’endroit et son histoire. Puis une visite du côté de la cave. Elle est vraiment très grande avec une bonne centaine de tonneaux. Cette cave respecte les pratiques de l’époque de la création, c’est-à-dire pas d’air conditionnée et une température comprise entre 16 et 18 degrés.

On termine la visite par une dégustation de trois vins. Un blanc Torrontes, très doux, un rouge Atemporal un  peu fort et le dernier un rouge Terroir Selection plus fin. Enfin, cela était mon avis, je n’y connais absolument rien en vin… 🙂 et c’est pas Ria qui me contredira car elle n’aime pas ça et n’a pas goûté. (Désolé, impossible de mettre les photos à l’endroit ! Satané WordPress !!).

Pour clôturer cette belle dégustation, on fera l’acquisition de 2 bouteilles. On a préféré les acheter ici car c’est sûrement moins cher qu’en ville.

Ensuite, direction Mendoza pour retourner à Azimo. On a fait, avec encore quelques difficultés, un autre virement, et il faut absolument que l’on retire aujourd’hui car il n’y a pas d’autre agence sur notre parcours (les agences sont à Buenos aires, Rosario et Cordoba).

Coup de bol, il n’y a absolument personne dans l’agence, du coup on va vite. Et heureusement, car avec la somme d’argent que l’on retire, 1600 euros ou 102 000 pesos, on aurait pas été serein !! Nous voilà riche ! Enfin, ce n’est qu’une vue de l’esprit… 🙂

Avant de filer à Upsallata, on s’arrête dans le bistro Dun Ken que l’on avait bien aimé. Les sandwichs sont hyper bons !!

La route qui mène à Upsallata n’a rien à voir avec celle que l’on a prise le matin. Des montagnes et une belle route. C’est juste dommage qu’il y ait autant de nuages.

Ce n’est qu’en arrivant à Upsallata que le ciel s’est enfin dégagé. Fini les gros nuages, place au soleil 🙂

Une fois arrivé, on se rend à notre hôtel… Enfin THE hôtel !! Trois petits chalets en dehors de la ville, perdu au milieu de nulle part, et avec une vue imprenable sur les montagnes. Que demander de plus ??? A coup sûr, l’un des meilleurs endroits où on a dormi. C’est beaucoup trop grand pour nous deux mais vu les hôtels minables que l’on a pu faire, on ne va pas dire non !! En plus, le propriétaire, Rocio, est super gentil et nous a aidé à allumer la cheminée 🙂

Je profiterai de ce décor majestueux pour faire une petite session running. Seul au monde, avec uniquement le vent et les montagnes pour seul compagnon. La plus belle sortie running après celle de Karijini National Park.

Jour 3 – Aconcagua

Une excellente nuit dans notre humble demeure, et un grand soleil. Le paradis sur Terre. C’est vers 9h que l’on est parti en direction de l’Aconcagua. On avait scruté la météo pour savoir quel jour était le plus propice à y aller.

« Mesdames et messieurs, veuillez accrocher vos ceintures et profiter du paysage« . Cette route fait à coup sûr partie des plus belles que l’on ait faite. On a dû s’arrêter une bonne dizaine de fois pour prendre des photos. 1h15 de pur bonheur.

Une fois arrivé, on paye l’entrée à 200 pesos chacun. Il y a juste à côté du bureau d’informations un point de vue qui offre déjà un bon avant goût. Mais le plat de résistance, c’est la randonnée de 2h aller-retour qui va jusqu’au pont.

Un décor de rêve et une balade d’un autre temps. On peut voir en permanence le sommet sud de l’Aconcagua, qui culmine à 6962m d’altitude. Cette Cordillère des Andes m’étonnera toujours.

Une fois au pont, qu’il est interdit de dépasser, on fera une petite pause d’environ 1h.

Cela sera l’occasion de jouer et nourrir les nombreux oiseaux sauvages. Ils étaient tous mignons et peureux 🙂

On a bien eu raison de venir tôt pour faire la balade car on était pratiquement tout seul. Sur le chemin du retour, en revanche, on a pu voir un nombre impressionnant de groupes de 20 ou 30 personnes. On l’a échappé belle 🙂 Ce genre d’endroit mérite le calme et la discrétion.

Une fois cette visite enchanteresse terminée, on est allé au village Puente del Inca, où comme à notre habitude, on n’a pas pu résister à l’achat de quelques souvenirs. Nos sacs à dos vont nous haïr 🙂 Ce village, minuscule, abrite une formation rocheuse vraiment intéressante et surprenante. C’est l’eau salée qui a donné cette couleur à la pierre. Dingue non ?

En retournant ensuite à Upsallata, on s’est encore arrêté un bon nombre de fois sur la route pour prendre des photos. Ces montagnes sont tellement belles de couleurs, c’est réellement fascinant. On ne s’en lasse pas.

Des montagnes de toutes les couleurs on va de nouveau en voir. Cette fois à environ 15min de Upsallata, à la Siete Colores.

Le chemin de terre qui mène au point de vue est vraiment incroyable de beauté. Des montagnes de toutes les couleurs : blanche, vert pastel, violet, beige, rouge,… Difficile de regarder la route quand autant de belles choses nous entourent.

Tous ces jolis paysages ont donné faim à Ria qui n’a pas pu s’empêcher de prendre une glace.

C’est sur cette belle image, de montagnes et non pas de glace vanille chocolat, que l’on terminera la journée dans notre « petit » chalet.

Jour 4 – Las Bovedas et Ruta 52

Une super bonne grasse matinée et un réveil sans réveil, le luxe. Le thème de la journée c’est TRAN-QUILLE !

On est juste allé en fin de matinée au musée Historico de Las Bovedas. Mis à part la structure originale, le reste est vraiment bof. C’est vraiment parce qu’on a rien à faire que l’on est venu.

Ensuite, on prendra sur une dizaine de kilomètres, la Ruta 52, que l’office de tourisme nous avait conseillé et qui est apparemment jolie. Et effectivement, elle est pas mal. Le panorama sur les différentes chaînes de montagnes est sympa. Pas aussi beau que la veille pour aller à l’Aconcagua mais pas mal.

En chemin, on fera une petite halte au Tunduqueral. C’est un espace protégé où l’on peut voir quelques « petroglifes« , qui sont des dessins sculptés dans la pierre. Ce qui nous a le plus surpris, c’est de voir qu’il y avait un guide qui attendait ici toute la journée dans une maisonnette perdue au milieu de nulle part ! Vu le nombre infime de visiteurs, il doit se sentir seul ce monsieur…

Le reste de l’après-midi, on le passera au chalet à avancer sur le blog au coin du feu et à faire le point sur ce qu’il nous reste comme argent. Il paraît que les billets de banque brûlent bien… 🙂 🙂 🙂

On vous l’avait dit : TRAN-QUILLE!! 🙂

Jour 5 – Potrerillos

C’est aujourd’hui que l’on quitte Upsallata. Avec un peu de regret car on était super bien installé et la vue était sublime. Enfin, oui c’est magnifique si on met de côté les énormes montagnes de bouteilles en plastique qui sont sur le bord de la route. C’est OUF ! 😦

Avant de mettre les voiles, je profiterai, une dernière fois, d’une petite session running. Un vrai plaisir ! Presque aussi bien qu’à Karijini ! C’est dire si c’était bien. Les journées tranquilles se suivent décidément mais on l’a voulu. On a loué la voiture un peu plus longtemps pour justement avoir le temps et de bien profiter et se reposer. Pari réussi 🙂

On prendra la direction de Potrerillos, à environ 1h de route.

Cette ville est surtout connue pour son lac, dans lequel se déverse le Rio Mendoza. On peut observer le lac depuis la route mais le mieux est de faire la randonnée Sentero de Cocodiles, autrement dit « le sentier des crocodiles« .

On a bien dû chercher le début du chemin au moins 20min. Entre les indications plus que floues de l’office de tourisme et Maps.me qui n’affiche aucun chemin, on n’était pas dans la merde. Mais grâce à la persévérance de Ria, on a tout de même fini par trouver (il fallait s’arrêter au parking près du poste de police et suivre les panneaux).

Le sentier, glissant au début et assez difficile avec les montées assez raides, est lui aussi bien flou à suivre. Cependant en suivant les crottes de cheval, on ne pouvait pas se perdre 🙂 Les différents points de vue qu’offre cette balade sont vraiment beaux. Voir le lac en contrebas avec une eau bleu turquoise, et le soleil qui illumine la vallée, c’était vraiment très sympa. On a « suivi » ce chemin pendant environ 45min avant de faire demi-tour. Sentier des crocodiles… moué on n’en a pas vu beaucoup 🙂 🙂

Après un petit arrêt au supermarché du coin pour se ravitailler en boisson fraîche car mine de rien il fait bien chaud. Ensuite, direction notre hôtel, qui se trouve à environ 20km, dans un petit village. Plus on avançait et plus le ciel devenait noir. Un petit chalet sympa dans les montagnes. On n’avait pas trop envie de sortir et la pluie discontinue nous a conforté dans notre choix. Non stop jusqu’au lendemain matin ! Autant dire, que l’on a pu avancer sur le blog 🙂

Jour 6 – Reeepppooosss

Une nuit pas si reposante que ça finalement. En cause, la très forte pluie qui s’est abattue, faisant un bruit monstre sur le toit du chalet. On a limite cru qu’il allait s’effondrer. Et si on rajoute les orages et les éclairs… Un petit-déjeuner sympa préparé par notre hôte, dans le salon où il y avait pleins d’affiches de films et de groupes de musique, et l’on prend la route en direction des thermes de Cacheuta, en profitant une dernière fois du merveilleux lac de Potrerillos.

Après avoir un peu pataugé pour savoir où elles étaient, on s’arrête finalement dans l’hôtel SPA « Hôtel Termas de Cacheuta« . Bon, c’était pas donné mais on voulait se faire plaisir… Perdu ! On est dimanche et il fallait réserver au moins 3 jours à l’avance ! On est un peu dégoûté. La dame de l’accueil nous propose une alternative : les bassins d’eau chaude et toboggans. Genre Aquaboulevard mais en version Argentine. Déjà qu’en temps normal on est pas friand de ce genre de truc, mais en plus quand il y a plusieurs bus devant, on se dit « Non, Non et re-Non, plutôt mourir ! ».

Tant pis, c’était notre seule halte de la journée. On fera les 1h de route qu’il nous reste pour rejoindre notre hôtel, à Godoy Cruz, qui se trouve à quelques kilomètres de Mendoza.

Pour déjeuner, on s’arrêtera, dans le centre commercial Palmares Open Mall, au restaurant Las Milanesa. Une terrasse au soleil c’était top !

Le reste de l’après-midi, on le passera à l’hôtel. L’hôtel est en demi-pension, du  coup on a le droit à un dîner. C’était pas extra ni raffiné mais pour le prix que l’on paye, 22 euros la nuit, il ne fallait pas s’attendre à de la grande cuisine non plus.

Voilà, notre périple dans la région de Mendoza se termine le lendemain. Il ne nous reste plus qu’à faire nos sacs… mais que cela devient compliqué ! Les souvenirs s’accumulent et les sacs deviennent de plus en plus lourd, surtout avec deux bouteilles de vin. Mais bon « plus que » 2 mois à les trimbaler, on y arrivera, courage !! 🙂

On rendra la voiture sans encombre, avec 1250km parcourus, et on prendra le bus, avec la compagnie Cata Internationale, pour rejoindre Valparaiso au Chili !!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :